le logoRéunion du 11 mars 2006.


Durant le week-end des 4 et 5 mars 2006.

Les habitants de Gaurain-Ramecroix reçoivent actuellement dans leur boîte aux lettres un courrier les invitant à participer à une conférence débat sur le thème de la problèmatique des carrières dans la région.

Seront présents Madame la Ministre Vienne, Monsieur le Député Régional P.O.Delannois, Monsieur le Directeur de l'IPHB le Docteur Noël.

Comme on l'apprendra en lisant l'édition du journal Le Soir du 02/03/2006, à cette occasion, la Ministre Vienne donnera les résultats de l'étude épidémiologique et répondra à toutes les questions que se pose la population.

Puisqu'il s'agit d'une réunion concernant les cimenteries de la région, nous pensons qu'il est vivement souhaitable que les riverains de CBR rejoignent les riverains de la CCB à l'Hôtel de Ville de Tournai ce jour là (qu'ils soient ou non convoqués).

Lieu : Hôtel de ville de Tournai

Date : le samedi 11 mars 2006

Heure : 10 heures 30 précises


Après la réunion de ce 11 mars, voici l'avis de l'asbl

Le thème annoncé est la problèmatique des cimenteries dans la région (rencontre débat).

Dès les premiers mots de la Ministre Vienne, on s'aperçoit vite que le thème réellement abordé et la manière ne correspondent pas à ce qui est indiqué dans l'invitation. Une broutille, rien qui ne vaille vraiment la peine de sursauter (??!).ce serait le cas, si dans ce dossier, les erreurs, approximations et autres malentendus ne jalonnaient pas le parcours. Il en est de même concernant les comités d'accompagnements qui fusent de toutes parts (sur papier) sans finalement avoir le mérite d'exister réellement tels qu'ils sont prévus.

Pour ce qui concerne l'invitation, Monsieur le Bourgmestre Massy, signataire de la lettre transmise à tous les habitants de Gaurain-Ramecroix prend sur lui l'erreur.

Notre but étant d'avancer et non de mettre en difficulté tel ou tel représentant, nous proposons à Mme Vienne de mettre les compteurs à zéro, pour ce qui concerne ces comités. Sur ce point, nous sommes d'accord !

Pour ce qui est de la présentation de l'étude, on remarquera que le Dr Noël (directeur de l'IPHB, le laboratoire engagé pour pratiquer les prélèvement et les analyses ) n'est guère gâté par ses hôtes de la ville ; il ne dispose pas d'écran ni d'aucun autre matériel pour un quelconque support. La présentation est très sommaire (comment peut-il en être autrement dans ces conditions ?). Nous n'aurons ni précisions géographiques quant aux endroits pris en compte, ni chiffres.

De l'épais rapport, mis très prochainement à la disposition du public, rien d'alarmant ne ressort, nous dit-on. Toutefois, on notera quelques réflexions de la Ministre qui constate, que certains points soulevés par les riverains, avant permis, ne doivent pas être négligés et qu'il faudra, sans doute, modifier certaines choses, le risque lié à la coïncinération ne semble pas être nul, pour elle.

Les modifications concernant la poursuite de l'étude doivent être discutées au sein du comité d'accompagnement, dans lequel figurera un représentant des riverains.

Nous supposons, qu'en tant que seul comité représentatif de riverains, de plus à l'origine de la demande et ayant suivi ce dossier de long mois durant (nous avons du réclamer un budget qui semblait s'être perdu dans les dédales de l'administration, nous avons réclamé le début des prélèvements et avons tenté de suivre ce qui se passait tant bien que mal) nous serons présents à ce comité.

D'autre part, la partie concernant l'étude hivernale, qui nous paraissait soustraite des observations, semble avoir été prise en compte par l'IPHB, qui a acquis le matériel nécessaire (pompes) et réalisé des relevés . Ceux-ci portent sur les PM10, PM2.5, PM1. La station météo qui est couplée à ces pompes relève les éventuelles inversions de température (phénomène non mesuré dans les stations mobiles de l'ISSEP)

La Ministre nous informe que les personnes qui souhaitent participer à l'étude peuvent toujours se rendre chez leur médecin afin d'y pratiquer une prise de sang, jusqu'au démarrage du processus de coïncinération à l'une des deux cimenteries.

Nous noterons que les dates que nous avons avancées pour le début de cette coïncinération (informations reçues par des sources diverses) n'ont ni été confirmées, ni infirmées par la direction de la CCB qui était présente à la rencontre de ce samedi. Monsieur Carbonnelle nous a renvoyé à un prochain comité d'accompagnement du permis. Rappelons qu'officiellement, nous n'avons plus reçu aucune précisions, concernant ce dossier, puisque ce comité n'a plus connu de réunion, depuis le 7 juin 2005 !

Dans ces conditions, comment reprocher aux riverains d'essayer de recueillir des informations par d'autres biais ?

Encore une question; dans la mesure où les gens ce samedi étaient venus pour assister à une rencontre débat sur le thème de la problématique des cimenteries dans la région et ont été privé de cette réunion, peuvent-ils espérer dans les prochains mois, que la ville de Tournai (pourquoi pas en collaboration avec celle d'Antoing) organisera une réelle rencontre débat sur le thème annoncé avec cette fois tous les acteurs politiques concernés par cette problématique. A savoir la Ministre Vienne et les Ministres Lutgen et Antoine.



Et la politique dans tout cela ?

Les approches politiques diverses se font actuellement sentir en cette période pré-électorale.

Il ne nous appartient pas, en tant qu'asbl, de prendre partie pour l'un ou l'autre.


Chacun de nos membres à ses propres opinions politiques que nous mettons totalement de côté lors de nos réunions.

Parmi les membres effectifs, cohabitent des adhérents à différents partis.

Lorsqu'ils la représentent, tant qu'ils suivent la ligne de conduite que l'asbl s'est fixée et que leurs opinions politiques restent « au vestiaire », nous n'avons rien à leur reprocher.

Nous n'avons a soutenir aucun parti, nous avons, tant qu'il y en aura, à dénoncer les dysfonctionnements qui nuisent aux riverains dans les dossiers que nous suivons. Un point c'est tout !

Il est donc normal que les partis politiques, qui ont des compétences dans les dossiers qui nous concernent, fassent les frais de nos remarques, beaucoup plus souvent que ceux qui se trouvent dans l'opposition.

Il est une qualité bien plus grande que celle de l'appartenance politique, c'est la qualité d'être humain ! C'est celle que nous intéresse avant tout !