le logoLe 02 mars 2006.


Le Soir - Nathalie Moreau.

Hier soit, l'ASBL " L'Air à l'oeil" constituée d'une grosse poignée de riverains de la CCB, conviait la presse. Au menu: l'étude épidémiologique et environnementale aux environs de la CCB , commandée en 2003 par le ministre de l'époque et dont on attend toujours les résultats.

Cette étude faisait suite à une demande pressante des riverains face à l'introduction d'un permis de coïncinération de déchets dangereux par la cimenterie . "Nous voulons que la lumière soit faite sur la dangerosité ou non de cette pratique industrielle qui n'avait jamais fait l'objet d'une réélle étude scientifique" , explique Marie Paule Noulette, présidente de l'ASBL.

L'étude , menée par l'institut provincial d'hygiène et de bactériologie (IPHB) porte sur des prélèvements d'air, de terre, ainsi que sur l'analyse des productions potagères et fruitières de la région incriminée. Scénario identique pour les humains: sang, urine et fibre capillaire sont soumis à une batterie de test.

Entre-temps, l'attente minait le moral des riverains: " Des gens ont participé à ces études et veulent des résultats. Nous ne parvenons pas à obtenir aucune information, ni auprès du cabinet de la ministre Vienne, ni via le comité d'accompagnement", s'insurgent les membres de l'association. Et de projeter pour la semaine prochaine une étude de la terre et de l'eau, via un ou plusieurs laboratoires indépendants.

Du côté de la Ville de Tournai, Initiatrice dudit comité d'accompagnement dont le bourgmestre Christian Massy est le président, on se défend d'une quelconque volonté d'occulter des résultats: "si cela peut rassurer les riverains, un courrier est parti hier afin d'informer les riverains d'une rencontre à l'Hôtel de ville de Tournai dans les prochains jours."

Christiane Vienne (PS), ministre wallonne de la Santé, confirma cette réunion: " le 11 mars prochain, le Dr Noël de l'IPHB et moi-même donnerons tous les résultats relatifs aux études menées en 2005. Nous répondrons à toutes les interrogations de la population."

Un avant-goût? "Les tests sont parfaitement rassurants pour les riverains. Il n'y a rien d'inquiétant par rapport à la présence de métaux lourds. Aucun élément qui puisse mettre la populations en danger", précise la Ministre.