le logoCBR : très peu d'inquiétudes.


En tout et pour tout, seuls deux citoyens ont posé une question lors d'une réunion axée sur la nouvelle clinkererie de CBR à Antoing.

Photo du CDE
La réunion citoyenne s'est déroulée dans le hall ADEPS à Péronnes.
0n ne peut pas dire que les opposants étaient légion jeudi lors de la réunion d'information visant à présenter le projet de transformation de l'usine d'Antoing. Il n'y en avait même pas, Seules deux personnes, un citoyen de Brunehaut et un ancien ouvrier de CBR, ont pris le micro et interrogé les responsables du projet. Souhaitant jouer dans la transparence, CBR avait pris l'initiative d'organiser cette réunion citoyenne, un processus actuellement très à la mode dans la région, semble-t-il! Mettant les petits plats dans les grands, le groupe cimentier avait loué le grand hall ADEPS de Péronnes y disposant pour la circonstance quelque 300 chaises. Hôtesses d'accueil, petite bouteille d'eau pour chaque participant, un ticket-boisson pour le bar, trois écrans géants, une sono digne des meilleurs concerts, système de projection et d'enregistrement des débats, micros baladeurs à profusion... pour le moins on n'avait pas fait dans le « petit ». Cerise sur le gâteau, dans le rôle de médiateur et de présentateur, CBR avait fait appel aux services de l'ancien journaliste de la RTBF Jacques Bredael. Moins de 90 personnes ont franchi les portes de l'ADEPS. Si l'on expurge les ouvriers, employés et cadres de CBR, les mandataires et le personnel administratif de la ville d'Antoing sans oublier certains « obligés », peu de places étaient occupées par des citoyens!

Pour le 23 mai

Dans son intervention, le bourgmestre Bernard Bauwens rappelait «la prospérité au sein d'Antoing n'est pas envisageable sans la défense de ses propres intérêts et ceux de la population. Le respect rigoureux des normes actuelles du développement durable devra être garanti. Aucune hausse de poussières rejetées dans l'air et aucune augmentation du bruit engendré par les activités de l'usine ne seront tolérées. Cette croissance doit être écologiquement soutenable pour notre population. CBR s'engage à faire tous les investissements nécessaires et va même au-delà en annonçant une diminution de l'émission des poussières dans l'atmosphère.» Revenait ensuite aux responsables de CBR de présenter les grandes lignes du projet d'investissement (nos éditions des 12, 14 et 16 avril dernier).

Deux intervenants...

«Qu'en est-il du dépôt de combustibles alternatifs ? Vous parlez de dédoubler le nombre de filtres ,à manches pour les poussières, or votre production va aussi doubler! Les odeurs de soufre sont dérangeantes! Enfin, je suis étonné de l'absence ce soir de représentants du service des pollutions de la Région wallonne», a dit un habitant de Brunehaut. «Ce seront les mêmes combustibles alternatifs tels que farines, textiles, boues séchées... Il n'y aura pas de déchets dangereux de manière continue. Cela pourrait changer si le besoin économique se fait sentir. Les filtres à manches seront en parallèle et non en série», a expliqué David Périlleux directeur de l'implantation CBR à Antoing. «La thématique des odeurs sera étudiée dans l'étude d'incidence », a signalé la représentante de Vinçotte. «Les odeurs de soufre sont peut-être désagréables mais elles sont non toxiques. Le processus qui sera mis en place est la meilleure technique en matière de diminution des oxydes de soufre. Ce procédé sera une première dans le Benelux. Enfin, pour la filtration des poussières, le filtre à manches est la meilleure des techniques», a déclaré le professeur Germain de l'UCL, un spécialiste dans les rejets et émissions de fumées. «Le clinker est-il un ciment fini ?», a demandé un second intervenant. «Non», déclarait M. Périlleux. «Pourquoi ne pas faire du ciment à Antoing et ainsi créer de l'emploi ?», poursuivait l'intéressé. «Je ferai remonter votre demande», a précisé David Périlleux.
En moins de 10 minutes, les questions-réponses se clôturaient.

VITE DIT

Vendredi 23 mai

Dans les 15 jours de la réunion d'information, les remarques et observations doivent être déposées par écrit uniquement auprès du Collège d'Antoing pour le 23 mai au plus tard.

Région wallonne

L'étude d'incidences de Vinçotte et une demande de permis unique seront introduites auprès de la région wallonne.

Enquête

La demande de permis et l'étude d'incidences seront soumises à une enquête publique. Durant 30 jours, les documents seront accessibles à l'hôtel de ville d'Antoing. La population pourra à nouveau déposer par écrit ses remarques.

Avis

Avant le lancement de la procédure d'instruction, qualifiée de «fastidieuse par l'avocate de CBR, la commune doit organiser une séance de clôture. Au terme de la procédure d'instruction, le Collège de la ville d'Antoing rendra sa décision. Cet avis fera l'objet d'un affichage.

Frank GHISLAIN
Le Courrier de l'Escaut du 10 mai 2008