le logo124 millions euros investis chez CBR-Antoing.


En 2011, une nouvelle clinckerie verra le jour à Antoing.
Près de 124 millions d'euros sont investis par CBR.
Priorité à l'environnement.

Photo du Courrier de l'Escaut
En 2011, une toute nouvelle clinckerie verra le jour sur le site de CBR Antoing.
En novembre 2007, ayant eu vent de la construction d'un nouveau four sur le site de CBR à Antoing, la question avait été posée au directeur de l'usine lors d'une visite organisée à l'occasion de l'entretien du four. Lors de cette entrevue en tête-à-tête, David Périlleux, directeur de l'implantation depuis deux ans, n'avait pas précisément répondu à la question, signalant que ce n'était pas à l'ordre du jour du Heidelberg Cement Group ! Nous étions pourtant dans le vrai. Vingt-cinq ans après l'inauguration de la clinckerie d'Antoing, c'est un investissement quasi similaire, de l'ordre de 123 977 000 €, qui va être consenti par le groupe CBR. La production annuelle passera ainsi de 950 000 tonnes à 1,6 million de tonnes, soit quelques 5 000 tonnes par jour. Toujours transporté par péniches, le clincker sera ensuite transformé en ciment à Gand. C'est la fermeture d'une usine CBR en Hollande, l'extraction en carrière étant en voie d'épuisement, qui a conduit les responsables d'Antoing à envisager la transformation du site dans la capitale du Pays blanc. Ces travaux d'aménagement nécessitant déjà plusieurs millions d'euros d'investissement, les instances dirigeantes du groupe ont préféré étudier l'implantation d'une toute nouvelle usine à Antoing. Il est vrai qu'avec une réserve de pierre estimée entre 100 et 150 ans chez les voisins de Carrières d'Antoing, CBR a de quoi voir venir.

Quatre mois de chantier.

Le temps d'organiser les enquêtes en vue de l'obtention d'un permis unique auprès de la Région wallonne, ce n'est qu'en 2011 que les travaux devraient débuter. Durant le chantier, la clinckerie cessera sa production. Préalablement, tout le matériel, toutes les pièces seront acheminées sur place. Dès lors, le temps de construction de cette usine en «kit» sera extrêmement court. Le chantier est prévu pour une période de 4 mois ! On travaillera probablement 24h/24h. Rehaussée de 25 à 30 m à l'aide de matériaux métalliques, la tour principale culminera à quelque 125 m. Entre les deux tours, les cyclones seront démontés et feront place à de nouveaux cyclones.
Aujourd'hui implantés du côté de l'Escaut et donc du village de Calonne, les broyeurs à boulets, relativement bruyants, seront démontés.
Un nouveau broyeur vertical à meules, nettement plus silencieux, sera construit à proximité de la route Antoing-Vaulx.
Ceci améliorera sensiblement les nuisances sonores. Une nouvelle cheminée sera également construite. Celle-ci sera interconnectée avec l'ancienne, qui sera donc maintenue, en cas de problème.
Dans cette cheminée, un nouveau processus de filtration des fumées sera mis en place.

Filtration par eau.

Photo du Courrier de l'Escaut
L'ancien four rotatif sera démonté et fera place à un four de même longueur mais de diamètre supérieur.



Le système à manches actuellement utilisé sera remplacé par un circuit d'eau fermé qui filtrera les fumées et donc les poussières.
Plus dense qu'actuellement, c'est une fumée très blanche, essentiellement composée d'eau et expurgée des éléments nocifs tels que le chlore où le soufre, qui sortira de cette nouvelle cheminée. Rien que pour la filtration, entre 25 et 30 millions d'euros seront investis.
Le four rotatif sera démonté et fera place à un nouveau four de même longueur mais d'un diamètre supérieur. Si l'actuel hangar de stockage du clincker ne sera pas modifié, un nouveau hangar pour les produits de substitution sera construit.