le logoL'air de la CCB est tenu à l'oeil.


Bien que l'ASBL " L'air à l'oril " dispose d'un nouveau conseil d'administration, elle continue à porter un regard attentif sur les activités de la CCB.

"Certaines personnes nous avaient promis un essoufflement, une fin rapide, or aujourd'hui, il n'en est rien. Nous avons bien fait d'ignorer ceux qui nous prédisaient le sort du pot de terre contre le pot de fer". Au moment de prendre le relais de Marie-Paule Noulette au poste de président de l'ASBL " L'air à l'oeil ", Thierry Vande Ghinste se réjouissait de la réussite des actions déjà menées. " Nous sommes fiers de nos actions. Grâce à nos insistances, la CCB s'est dotée d'un filtre à manche dans son four 4 afin de réduire les émissions de poussières chargées en polluants. Un système de contrôle permanent des rejets de dioxynes a également été posé."
Si la CCB s'est désormais mise en conformité avec les directives du permis dans le cadre de la coincinération des déchets dangereux dans ses fours, un point gêne encore l'ASBL. Il concerne la participation au comité d'accompagnement à la ville de Tournai. " Le permis prévoit que cinq représentants des riverains soient désignés par la ville. Après avoir été acceptée, une personne a été refusée parce qu'elle n'habitait pas Tournai. Or, à aucun moment, cette clause n'est mentionnée. Nous négocions depuis deux ans avec la ville pour y remédier. Une réponse nous a été promise le 8 mai prochain. "

Photo du Courrier de l'escaut
Le nouveau conseil d'administration de l'ASBL " L'air à l'oeil " ne toune le dos à la CCB que pour étre photographié. En temps normal, il pose un regard attentif les activités de l'entreprise.

Une véritable veille sanitaire.

Motif de satisfaction, un représentant de l'ASBL a été convié à se rendre à Namur pour assister à la première réunion concernant le projet de veille sanitaire déposé par l'IPHB (Institut Provincial d'Hygiène et de Bactériologie). Ceci dans le cadre du démarrage des activités de coincinération du tournaisis. " Il en est ressorti une volonté de regrouper le cas de la CCB et de la CBR. Le Docteur Planche qui est coordinateur santé du projet, voudrait augmenter le nombre d'analyses sur les habitants en commençant d'abord par des relevés d'urine. Il a également marqué son souhait qu'un laboratoire extérieur réalise une étude du sol. La nouvelle étude devrait en principe s'étendre au-delà de deux kilomètres. "
Le 11 mai prochain, se tiendra une nouvelle réunion afin de définir les dernières modalités concernant le nombre ou la date de commencement des analyses. Les résultats de cette dernière seront mis en relation avec ceux d'une étude à blanc déjà réalisée en 2005.
Toujours dans le cadre de la veille sanitaire, le dossier pour l'installation d'une cabine télémétrique se trouve entre les mains de la Ville de Tournai qui doit délivrer un permis de construction et trouver un terrain. "Les cimenteries sont les plus grands polluants de C02, ce qui justifie pleinement la présence d'une station télémétrique dans notre région. Il s'agit en fait d'une cabine surmontée par un mât de trente mètres qui comporte un réseau d'alarme susceptible de fournir des informations en temps réel sur la qualité de l'air sur le Hainaut Occidental. "
Une seconde cabine spécifique aux cimenteries et mesurant les métaux lourds devrait également être placée dans les retombées principales des fumées. Sa date d'installation n'a cependant pas été fixée.

Immondices de Vaulx

Les déchets qui jonchaient le site de l'industrie Holcim le long de la voie d'eau à Vaulx ont été enlevés.
" Dans un premier temps, nous avions organisé une table ronde avec les différents acteurs concernés pour trouver une solution. Elle était tombée à l'eau puisque les personnes invitées ne s'étaient pas présentées au rendez-vous. Nous avons ensuite interpellé le Ministre de l'Environnement afin qu'il puisse apprécier la vue bucolique dont pouvaient jouir les randonneurs sur le tracé du RAVeL, juste de l'autre côté de l'Escaut. Concrètement, rien n'a bougé jusqu'il y a peu. "
Et pour éviter que des personnes indélicates ne viennent y jeter leurs déchets, Holcim a décidé d'aménager les lieux. "Pourtant, les gros déchets ont été enlevés, mais les déchets de type ordures ménagères, sont toujours sur le site. Nous voudrions que le problème soit pris à la base en proposant des conteneurs aux bateliers de passage. "

Laurent DECONINCK le courrier de l'escaut du 27/04/2007