le logoLa vigilance est toujours de mise.


L'asbl L'air à l'oeil veut que les analyses sanitaires réalisées près des cimenteries du Tournaisis soient plus performantes.

HAVINNES
En presque quatre années de vie, l'asbl L'air à l'oeil, fondée en janvier 2004 dans la foulée de la mobilisation des riverains contre la coincinération des déchets dangereux à la CCB, a participé à plusieurs réussites pour les riverains des cimenteries du Tournaisis.
La récente pose du nouveau filtre à manches au four n°4 de la CCB (four qui brûle notamment les déchets dangereux) constitue une de ces victoires.
Nantie d'un nouveau conseil d'administration présidé par Thierry Vande Ghinste, l'association constate qu'à l'heure actuelle, la CCB s'est mise en conformité avec le permis délivré dans le cadre de la coincinération des déchets dangereux dans ses fours. La cimenterie gaurainoise, qui commencé à brûler ces fameux déchets en mai 2006, a éliminé l'an dernier 56.244 tonnes de déchets banals et 307 tonnes de déchets dangereux. "Nous constatons tout de même que le filtre à manches limite les émanations de poussières chargées en polluants,mais laisse toujours passer les gaz chargés en particules polluantes", constate la secrétaire, Marie Paule Noulette. "Il faudrait, comme à l'incinérateur de Thumaide, procéder au nettoyage des fumées à leur sortie des fours."

Toujours vigilante, l'association se mobilise pour une veille sanitaire de qualité. "L'étude à blanc présentée par la ministre Vienne en mars 2006 dans laquelle aucun riverain n'avait été impliqué pour la mise en forme, nous avait fait réagir auprès de la ministre.
En février dernier, un membre de notre asbl s'est rendu après convocation à Namur dans une réunion concernant le projet de veille sanitaire proposé par Hainaut Vigilance Sanitaire. Toutes les parties au dossier se sont rencontrées dans le cadre de ce comité d'accompagnement de la santé en Région wallonne.
L'étude à blanc réalisée en 2005 sera suivie d'une veille sanitaire. Nous voudrions qu'elle soit la plus performante possible. En plus de la population et du personnel des cimenteries, nous souhaitons aussi que les études soient effectuées sur la qualité des retombées poussiéreuses et qu'elles concernent un rayon plus important que les deux kilomètres fixés initialement. Il faudrait aussi qu'un épidémiologiste soit présent dans les cimenteries."
Reste à convaincre la Région wallonne.


Photo du Courrier de l'escaut
Les administrateurs de l'asbl poursuivent leur action citoyenne en participant notamment à de nombreuses réunions. (LISON)



Bientôt une cabine télémétrique ?

HAVINNES
Avec la présence d'industries polluantes comme les cimenteries, le réseau télémétrique peut être considéré comme l'élément capital des systèmes de mesures. C'est un réseau d'alarme susceptible de fournir les informations en temps réel sur la qualité de l'air dans le but de protéger la santé de la population. Le ministre wallon de l'Environnement, Benoît Lutgen, a confirmé que la pose d'une cabine télémétrique dans la région était toujours d'actualité. Elle se ferait normalement à Havinnes. Le dossier se trouve actuellement à la Ville de Tournai qui doit délivrer le permis. "Nous insistons auprès des autorités communales pour que ce dossier avance vite et bien", précise Thierry VandeGhinste. Une seconde cabine, spécifique aux cimenteries et mesurant les métaux lourds, devrait être placée dans les retombées principales des fumées.

Christophe Lison la Dernière Heure du 27 AVRIL 2007