le logoIncinérer en cimenterie, c'est mieux?


CCB, CBR et Holcim ont participé à une étude selon laquelle le traitement des déchets industriels en cimenterie est « une bonne option pour l'environnement ».

Photo du CDE Eliminer les déchéts dans les fours à cimenterie serait plus écologique que par incinérateur.

En 2007, un décret de la Région flamande a instauré un taux de taxation unique pour la simple incinération des déchets industriels et pour leur valorisation en cimenteries.
Argument : les impacts environnementaux des deux modes sont similaires.
La Fédération belge des producteurs de ciment, Fedelcem conteste ce décret, qui ne respecterait pas la hiérarchie des modes de traitement des déchets fixée par l'Union européenne. Pour mettre de l'eau à son moulin, Fedelcem a demandé à l'Organisation néerlandaise de recherche scientifique appliquée - «indépendante» - de comparer les impacts environnementaux du traitement de certains flux de déchets en fours à ciments et en incinérateurs classiques.
Cinq types de déchets industriels ont été pris en considération : solvants et huiles usagées; résidus de peinture et d'encre; boues d'épuration issues du traitement des eaux usées; gâteaux de filtration issus du traitement des eaux usées; fluff (mélange de matières textiles, plastiques etc).
A l'arrivée, on a examiné les émissions dans l'air, l'eau et le sol ainsi que dix catégories d'impacts sur l'environnement : réduction des matières premières, réchauffement climatique, couche d'ozone, santé humaine, smog, pluies acides, écosystèmes etc.

Conclusion :

«Pour la majorité des impacts environnementaux, l'étude démontre qu'il est préférable d'utiliser les déchets industriels comme combustible de substitution pour la production de ciment plutôt que de les traiter dans des incinérateurs de déchets... »
«La haute température dans les fours de cimenterie permet une destruction totale des molécules organiques contenues dans les déchets. Les déchets n'ont ainsi pas à être éliminés ailleurs ou à être mis en décharge. On réduit donc le besoin d'investissement public en capacité d'incinération... »

F.D.
Le courrier de l'Escaut du 29/03/2008