le logoUne bouffée d'air enfin sous haute surveillance


L'air que l'on respire en Hainaut occidental sera bientôt analysé en continu: une cabine télémétrique est annoncée à Havinnes.

Hier encore, la qualité de l'air était jugée très moyenne en Région wallonne. La cellule « Air » de la Direction générale des ressources naturelles et de l'environnement (DGRNE) dispose de plusieurs équipements lui permettant de poser ce diagnostic, en vérifiant le respect des normes en vigueur et l'apparition éventuelle de pollution. Dans le sud du pays, ce dispositif de stations de mesures automatiques est opérationnel depuis trente ans. Il a connu moult évolutions technologiques et était, auparavant, exclusivement localisé dans les zones à risques.
À Charleroi et à , Liège, on contrôle plus spécifiquement les bassins industriels de la Wallonie; à Namur et à Vielsalm, on se trouve en dehors des zones urbaines, voire en terrains particulièrement privilégiés.

Photo du Courrier de l'escaut
La station télémétrique installée à Havinnes ne sera pas uniquement influencée par l'usine CCB de Gaurain.
Le Hainaut occidental était encore, il y a peu, « fort fort lointain » et sous-représenté dans l'ensemble du réseau de surveillance mis en place. Pourtant situées aux confins de deux zones fortement industrialisées - en Flandre et en France, les 23 communes figuraient effectivement aux abonnés absents.
L'année dernière, le ministre de l'Environnement, Benoît Lutgen (cdH), décidait d'augmenter le parc qui ne comptait que neuf instruments de mesure en continu.
C'est ainsi, qu'en mars 2007, Mouscron était équipée d'une station implantée au coeur du zoning agroalimentaire, destinée à mesurer les composés organiques volatils présents dans l'air. Les données y sont depuis collectées tous les quinze jours... avant d'être analysées en laboratoire.
«Rien à voir avec la station de télémétrie qui sera installée dans le courant de cette année le long du Vieux Chemin d'Ath, à Havinnes, devant le cimetière, précise Patricia Ruscart, de la DGRNE.
Cet ensemble complétera les infrastructures de mesures en continu dont la plus proche, en Région wallonne, est située à Mons. Elle évaluera la qualité de l'air de tout Hainaut occidental. Selon la direction des vents, elle pourra être influencée par la CCB, par la ville de Tournai ou encore par le zoning industriel, voire les infrastructures routières. »

Longue procédure

Une convention doit bientôt être signée avec la ville de Tournai pour pouvoir disposer du terrain sur lequel s'érigeront la cabine et le mât météo. Une demande de permis de bâtir précédera l'appel d'offres et la mise en place de tous les instruments automatisés de mesure des composants analysés. Le tout devrait être finalisé et opérationnel avant la fin de l'année.
Les stations de Mouscron et d'Havinnes représentent un investissement global de 700 000 €.

Stéphane DIRICQ
Le Courrier de l'Escaut 12/02/2008