le logoPermis accordé à la CCB


Lutgen a tranché, mais les normes sont plus strictes et la CCB mettra la main au portefeuille

GAURAIN Le ministre de l'Environnement, Benoît Lutgen , a profité de sa venue dans la région et plus précisément à Ath, pour annoncer sa décision tant attendue dans le dossier de la CCB. Sans grandes surprises, il a accordé le permis d'extraction, conditionné par la possibilité de co-incinération de déchets dangereux. Pour rappel, cette décision du ministre fait suite aux nombreux recours introduits après l'octroi du permis par le collège des bourgmestres et échevins de la Ville de Tournai en avril 2004.

La nouveauté réside dans la position du ministre sur le dossier. Comme il le dit lui-même, il a voulu donner le ton qui prévaudra à l'avenir dans de tels dossiers. Ainsi, le permis est accordé mais les normes en termes d'émissions atmosphériques seront celles qui prévalent pour les incinérateurs. On se souvient que les riverains s'étaient souvent étonnés de la différence de normes entre l'incinération en cimenterie et dans les incinérateurs. Ce ne sera plus le cas dorénavant.
"De toute façon, nous devons aller vers de telles normes imposées par une directive européenne d'ici 2 ans. Bien sûr, nous ne pourrons pas revenir en arrière mais le ton est donné pour le futur: tous les dossiers du même type seront traités de la même façon car j'estime que tous les citoyens ont droit à la même cohérence quelque soit l'endroit où ils résident."" Le dossier de la CBR, toujours en cours auprès du cabinet d'André Antoine, ne devrait donc pas subir de traitement différent.

Outre ces normes revues à la baisse, le ministre impose également des conditions de contrôle en continu des émissions de dioxine-furanne . Il oblige également la CCB à prendre des dispositions en vue du contrôle des autres polluants. Pour cela, la cimenterie devra adapter ses installations via des investissements qui se chiffrent en plusieurs millions d'euros. «Ils pourront amortir cet investissement sur plusieurs années. De plus, il sera contrebalancé par l'augmentation des recettes créées par la co-incinération.» ajoute le ministre.

Ce dernier a également voulu plus de transparence dans les contrôles périodiques qui seront effectués et dans leur transmission à la population. Les riverains auront régulièrement accès aux résultats des analyses effectuées.

En outre, le comité d'accompagnement sera renforcé tandis qu'une plate-forme des cimentiers sera bientôt organisée pour établir l'avenir en la matière.

© La Dernière Heure 2005

Sandra Durieux