le logoOn attend l'enquête sur la santé


L'asbl L'air à l'oeil a fait le bilan des avancées dans le bassin carrier

GAURAIN Voilà presque un an maintenant que les riverains qui avaient participé à la réunion de concertation concernant le permis d'incinération de produits dangereux de la CCB, se sont constitués en asbl. Depuis lors, énormément de choses se sont passées : des manifestations médiatiques, de nombreuses rencontres avec les politiques, mais au final, un permis accordé à la CCB avec une série de conditions.
Entre temps, une dizaine de recours ont été envoyés à la Région wallonne parmi lesquels celui de l'asbl et celui de la cimenterie elle-même. A ce sujet, il est temps de rectifier une mauvaise information qui a circulé : le permis accordé à la CCB n'est pas suspendu. «Seul le recours introduit par le fonctionnaire délégué de la Région wallonne est automatiquement suspensif mais dans ce cas-ci, c'est l'ingénieur des mines qui a introduit ce recours. Il n'y a donc pas de suspension de permis. C'est une mauvaise écriture dans la lettre officielle qui nous a fait croire cela», explique Marie-Paule Noulette, présidente de l'ASBL.

Toujours est-il que pour l'instant, la Région wallonne n'a toujours pas donné de nouvelles à ce sujet. Les membres de l'association envisagent d'envoyer également un recours auprès de l'Union européenne.

La mise sur pied de l'étude épidémiologique dans les bassins carriers tournaisiens était un des chevaux de bataille de l'asbl. Si ses membres ont pu noter de grandes avancées en la matière avant les élections jusqu'à pouvoir espérer la réalisation de cette enquête sur la santé, ils ont appris dernièrement que le budget qui devait être alloué à cette étude a été bloqué. «Nous nous battons toujours pour qu'elle ait lieu avant le commencement de l'incinération car il est important d'avoir un temps zéro pour pouvoir ensuite comparer avec les données obtenues pendant l'incinération.»

Par contre, les mesures de l'air ont bel et bien commencé avec la mise en place de cabines beaucoup plus performantes que les jauges Owen à Antoing, Béclers et Gaurain. Celles-ci mesurent les paramètres météorologiques, les métaux lourds, différents polluants et les hydrocarbures. Les premiers résultats sont attendus pour avril 2005.

Un des derniers points abordés fut le résumé du rapport sur la qualité de l'air en Wallonie. Pour l'instant, seules les jauges Owen permettent d'effectuer des mesures des quantités de poussières et pour quelques-unes, des métaux lourds. Si globalement la quantité de poussières diminue, 5 jauges sur 14 dépassent les chiffres admis : rue Albert 1er à Antoing, Crotière et chaussée de Bruxelles à Gaurain, chemin Vert et rue du Gros Lot à Vaulx (1492 mg/m2/jour au lieu de 350 mg!).

Il est également à noter que le comité d'accompagnement relatif au permis de la CCB et composé de riverains, scientifiques, responsables de l'entreprise, de la Ville et de la Région wallonne a tenu sa première réunion le 18 septembre dernier.

© La Dernière Heure 2004

Sandra Durieux